TINDER PARTIE 2 : TES MATCHS N’ONT RIEN À VOIR AVEC LE DESTIN

Souviens-toi. Dans mon dernier article, j’ai promis que je me pencherai sur le mystère des matchs Tinder. Ça te dit d’en parler ?

26 milliards de matchs depuis la création de l’application mobile Tinder. Comment c’est possible et pourquoi autant d’utilisateurs parviennent à trouver quelqu’un qui leur plaît en swipant à gauche et à droite chaque jour ?

Tu as sûrement déjà pensé que Tinder proposait des profils sélectionnés au hasard dans un rayon de quelques kilomètres autour de l’utilisateur… Eh non ! L’objectif de Tinder, c’est d’abord de satisfaire les utilisateurs dans leur quête de rencontres. Tinder veut te séduire toi, utilisateur. C’est pourquoi, dès ton inscription, tu es stalké par l’application qui prend en compte un maximum de tes informations. Tu n’y as pas fait attention. Pourtant, en appuyant sur le bouton « m’inscrire avec Facebook », tu viens de donner des informations cruciales sur ton profil à l’appli : ton âge, ta location, ce que tu aimes (marques, musique…) et une liste exhaustive de ton entourage.

Ça fait déjà pas mal d’informations. Suffisamment pour que Tinder puisse les comparer et chercher si parmi les quelques millions d’utilisateurs, si l’un d’eux se trouvent à proximité de toi, connaît des membres de ton entourage ou aime les mêmes choses que toi. Alors te voilà en train de swiper naïvement. Tu tombes sur un profil qui te plaît. Oh vous avez des points communs. Et hop ! Coup du destin. Vous matchez. Mais cet algorithme, il est comment ?

FRANCHEMENT, IL EST BIEN

Si tu indiques ton métier sur ton profil Facebook, il se peut que Tinder te propose des profils qui exercent la même activité. Sympa ?

Lorsque tu te connectes sur l’appli, les premiers profils qui te sont proposés sont généralement des utilisateurs qui t’ont liké. C’est bon à savoir !

Si tu es un utilisateur très actif, ton profil sera plus souvent proposé. Donc, plus de chance de matcher.

Selon les swipes à gauche et à droite que tu effectues, Tinder prend en compte les éléments que tu sembles aimer et ceux que tu ne sembles pas aimer pour te proposer des profils plus pertinents ! Cool, non ?

FRANCHEMENT, IL EST PAS BIEN

Si tu indiques ton métier sur ton profil Facebook, il se peut que Tinder te propose des profils qui font partie du même domaine. Ennuyant quand tu veux faire des rencontres qui sortent de l’ordinaire, non ?

Lorsque tu te connectes sur l’appli, les premiers profils qui te sont proposés sont généralement les profils qui reçoivent le plus de likes. Difficile de se démarquer.

Si tu es un utilisateur très actif, ton profil sera plus souvent proposé. SAUF si : tu swipes trop souvent vers la droite et dans ce cas tu seras considéré comme spammeur ou un obsédé sexuel OU BIEN si tu swipes trop souvent vers la gauche et dans ce cas tu fausseras l’algorithme et Tinder ne parviendra pas à te proposer de profil compatible. En bref, les indécis trop difficiles et les assoiffés sont rapidement mis de côté par l’appli. On vous a repéré…

Curieux cet algorithme. Mais tu ne lis pas cet article pour apprendre à faire des matchs. En revanche si tu cherches « comment faire plus de matchs » sur Google, tu trouveras 655  millions de résultats. Impressionnant, non ?

À toi, non utilisateur, j’espère que tu as appris quelque chose en lisant cet article. Et, à toi, utilisateur, j’espère que tu swiperas plus intelligemment.

 Mais finalement, t’en penses de ce fonctionnement ?

T’es célibataire ou en couple ? Découvre pourquoi le célibat c’est cool avec Tinder : ici !

PS : Tu veux être prévenu lorsqu’un article est publié ? Abonne-toi à la newsletter tout en bas de cette page.

1 reply on “ TINDER PARTIE 2 : TES MATCHS N’ONT RIEN À VOIR AVEC LE DESTIN ”
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *